Edition du 06 décembre 2021

L’électrolyse galvanise le Grand Est et le Bade-Wurtemberg

L’une et l’autre convaincues que l’hydrogène révolutionnera à court terme leurs économies régionales, le Grand Est et le Bade-Wurtemberg déploient des stratégies différentes pour s’y préparer. « Elektrolyse made in Baden-Württemberg » mobilise le tissu industriel du Land pour monter un pilote d’électrolyse en quasi-autonomie tandis que DinamHyse fédère plus largement une chaîne de valeur dans le Grand Est.

- Voisins - Nachbarn
Dessin Hydrogène
© André Faber

Krista Finstad-Million, enseignante-chercheuse à l’ICN et référente France-Benelux du Principles of Responsible Management Education (PRME).

Docteur ès Sciences de Gestion, enseignante-chercheuse à ICN Business School de Nancy, dont elle dirige également le département Ressources Humaines et Comportement Organisationnel, Krista Finstad-Million, native de l’Ontario, a été élue « Chair » (référente) du Chapitre France-Benelux du Principles of Responsible Management Education (PRME), dans le chapitre régional France – Bénélux.

Krista Finstad-Million

24

délégués de la région des Trois Frontières ont plaidé la cause du territoire transfrontalier en novembre auprès de Berlin, la très éloignée capitale fédérale allemande. Après les multiples tracas aux frontières du Covid-19, la rupture des négociations de l’accord-cadre entre la Suisse et l’Union européenne met en évidence la difficulté de faire entendre la voix transfrontalière aux pouvoirs centraux.

Delegation Bâle Berlin

Le WTC Metz-Sarrebruck reprend ses missions à l’export

En dépit du report de l’officialisation de sa nouvelle antenne sarroise, le WTC Metz-Sarrebruck aborde sa trente-troisième année d’existence avec optimisme. Dernier représentant de ce réseau international dans le Grand Est et unique par son caractère binational, la structure reprend son accompagnement économique en Grande Région et au grand export.

Marc Sarwatka, président de Pro Evolution

Le dirigeant-fondateur du cabinet de ressources humaines de Mulhouse (Haut-Rhin), actif sur le marché allemand voisin, observe l’évolution des critères de recherche de dirigeants au sein des entreprises transfrontalières vers l’exigence en premier lieu d’une bonne maîtrise des deux cultures.

840

Cent euros

Dessin hydrogène Rhin

L’hydrogène cherche à franchir le Rhin

Le potentiel de l’hydrogène dans le Rhin supérieur est immense, mais pour donner sa pleine mesure, il devra franchir les frontières. Les participants au « Sommet H2 Sud du Rhin supérieur » ont présenté une dizaine d' initiatives, dont certaines pourraient traverser le fleuve.

simon-gravier

Simon Gravier, directeur général de Digitoffset

Plus grosse imprimerie offsetiste à plat de Lorraine, Digitoffset a investi 5 millions d’euros dans de nouveaux locaux de 4.000 mètres carrés à Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle), et dans un équipement de pointe. Directeur général de l’entreprise familiale de 54 salariés, Simon Gravier mobilise ses forces de vente pour renforcer ses parts de marché au Luxembourg et à Paris.

Port de Bâle

32,3 %

C’est la proportion des chefs d’entreprise de la région de Bâle (Suisse) qui prévoient une amélioration de leur activité dans les six prochains mois, selon le baromètre d’automne 2021 publié par la chambre de commerce et d’industrie (HKBB, Handelskammer beider Basel).  Ces optimistes sont deux fois plus nombreux qu’au printemps dernier.

compta-ai-ok

L’intelligence artificielle comprend les atouts transfrontaliers

Le sarrois natif.ai décuple la vitesse de traitement des documents commerciaux, tandis que le luxembourgeois Tetrao décortique les données internationales de la finance verte. Ces deux start-up ont bénéficié d’un tissu universitaire dense, d’investissements privés conséquents et d’un contexte frontalier favorable.

Les frères Bauder, dirigeants de Paul Bauder Gmbh & Co. KG

L’entreprise Bauder de Stuttgart annonce un investissement de 60 millions d’euros pour la construction d’une usine de produits d’étanchéité et d'isolation à Drusenheim (Bas-Rhin). Les trois frères à la tête du groupe familial de 1 200 salariés exposent le scénario et les raisons de ce choix.

43 %

A 43 %, les Sarrois interrogés par l'institut allemand d'études de marché Kantar pour le compte du Sparkassen-Finanzgruppe Saar, jugent leur situation financière actuelle très bonne ou bonne.

17 %

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.