Travailleurs frontaliers

Lire la suite
Energie
Eures Sylvia Muller

« Nous voulons dévoiler les points méconnus des règles sociales du travail frontalier »

Wissembourg (Bas-Rhin) accueille ce mercredi 28 septembre une réunion du « Welcome Center » de la TechnologieRegion Karlsruhe, première manifestation en territoire française de cette structure transfrontalière. Elle sera consacrée aux règlementations sociales et fiscales applicables au travail frontalier, avec ces subtilités. Conseillère au réseau Eures-T pour la mobilité transfrontalière de l’emploi, co-organisatrice de la rencontre, Sylvia Müller-Wolff en explique l’intérêt.

- Mathieu Noyer
theret

Bruno Théret, président du Conseil économique et social de la Grande région

Le 12 septembre dernier, la conférence « transformation du marché du travail en Grande Région – Défis et possibilités transfrontalières » a réuni une centaine de participants à Remich (Luxembourg) à l’initiative des groupes de travail Economie, Développement durable, Développement endogène et Marché du travail de la Grande Région. Président du CESGR, Bruno Théret revient sur le télétravail frontalier, qui s’est trouvé au coeur des débats.

- Pascale Braun

« A Sarrelouis, Ford n’a respecté ni ses valeurs, ni ses salariés »

Le 22 juin dernier, la direction Europe de Ford a annoncé que les futurs véhicules électriques de la marque seraient fabriqués à Valence, sur le site espagnol du groupe. L’usine de Sarrelouis, qui compte 4.700 emplois directs, se trouve menacé ainsi que son parc industriel de 13 sous-traitants employant 1.500 personnes. Délégué du comité d’entreprise du site sarrois et représentant du syndicat IG Metall, Cédric Moltini commente une décision qui compromet l’emploi de plus d’un millier de frontaliers français.

taxe

Au Luxembourg, la motivation des travailleurs pourrait s’essouffler

Ce 15 juin, la chambre des députés luxembourgeois a adopté le pacte de solidarité proposé par une commission tripartite. En contrepartie d’un gel de l’index durant neuf mois, les résidents et frontaliers à faibles revenus percevront une aide directe de 84 euros par mois. Cet accord espère éviter la crise économique, mais la crise sociale due à la pauvreté et à la pénurie de main d’œuvre reste latente.

ogbl-ok

Selon l’OGBL, manipuler l’«index» distordrait le modèle social luxembourgeois

Le mot d’ordre « touche pas à mon index » a réuni plus d’un millier de manifestants, dont de nombreux frontaliers, ce 1er mai à Luxembourg-Ville. Premier syndicat du pays, l’OGBL ne décolère pas depuis l’annonce  fin avril du report de l’indexation des salaires sur le coût de la vie.

langues-sanitaire-ok

Parler, aider, s’intégrer : le triptyque gagnant des services à la personne

Pour accompagner au quotidien les personnes âgées ou handicapées, il faut parler leur langue. Au Luxembourg ou en Allemagne, les métiers de l’aide à la personne ne font appel aux frontaliers que si ces derniers franchissent l’obstacle linguistique. A défaut, des immigrés venus de bien plus loin apprennent la langue de leur pays d’accueil tant pour y travailler que pour s’y intégrer.

capture-suisse

Quatre langues nationales pour les contrats de travail suisse

Le réseau Frontaliers Grand Est consacre pour la première fois un guide des travailleurs frontaliers aux candidats aux emplois suisses. La brochure, qui s’ajoute aux quatre publications régulièrement réactualisées sur le travail en Allemagne, au Luxembourg, en France et en Belgique, détaille les contrats de travail que les frontaliers pourront signer dans l’une des quatre langues nationales suisses.

Plus d'archives -
16
Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.