Suisse

+ 140 % de frontaliers en Suisse

C’est la progression en  un quart de siècle du nombre de travailleurs en Suisse résidents des zones frontalières.

140

Le chiffre a en effet plus que doublé entre 1996 et 2020, passant de 141.000 à 343.000, relève une étude de l’Office fédéral des statistiques suisse du 24 juin. La libéralisation du marché suisse du travail en 2004, par l’accord de libre circulation avec l’Union européenne, a accéléré le phénomène, souligne l’office : le rythme annuel de croissance qui se situait à + 2,7 % en moyenne à partir de 1996 est passé à 4,4 % sur les seize dernières années. A fin 2020, les Français représentent 55 % du total, soit quelque 190 000 travailleurs.

Cette part s’explique d’abord par leur présence massive dans le canton de Genève, où le travail frontalier représente 24 % de l’emploi total. Mais les cantons de Bâle-ville et Bâle-campagne ne sont pas en reste, avec une proportion respective de 18 % et 14 % dans la population active, à comparer au poids des frontaliers de 6,7 % dans l’ensemble de la Suisse. Dans l’industrie, la main d’œuvre frontalière représente 33 % des effectifs. Elle dépasse la proportion d’autochtones suisses (21 %).

A Bâle, la progression des frontaliers est moins spectaculaire sur ce quart de siècle mais reste significative : + 27 % à Bâle-ville (total de 34.500 fin 2020) et + 72 % à Bâle-campagne (23.000)

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.