France-Allemagne

ProTandem remonte la pente

La crise sanitaire aurait pu être fatale à ProTandem, spécialisé dans les échanges entre apprentis et élèves français et allemands. Pour maintenir le contact transfrontalier, l’agence a financé et développé de nouveaux dispositifs en ligne, sans pour autant renoncer à organiser de vraies rencontres entre jeunes des deux pays.

Protandem

Basée à Sarrebruck depuis 1980, l’agence franco-allemande ProTandem, spécialisée dans les échanges de stagiaires – élèves, apprentis et adultes en formation continue – affichait début 2020 un bilan très honorable. L’ex- secrétariat franco-allemand avait fait traverser la frontière à 110.000 élèves, apprentis et accompagnateurs et son dispositif d’accompagnement bénéficiait chaque année à 3.000 personnes.

Mais les festivités qui devaient ponctuer son quarantième anniversaire ont tourné court. Dès le mois de mars, l’agence a dû rapatrier en hâte les stagiaires accueillis dans leur pays hôte et annuler les uns après les autres tous les échanges prévus.

Frédérik Stiefenhofer

© ProTandem

« Dès le début du premier confinement, nous avons anticipé la reprise en élaborant un plan de relance qui assouplit et simplifie l’accueil des stagiaires. Ce dispositif perdurera au moins jusqu’en 2022 et son volet numérique subsistera au-delà de la crise sanitaire », annonce Frédérik Stiefenhofer, délégué allemand de ProTandem.

Formats hybrides

Les candidatures ont été simplifiées, le seuil minimal est passé de huit à six stagiaires et la durée des séjours, de trois à deux semaines. Ces aménagements, qui devaient accompagner le retour à la normale espéré au printemps 2020, ont achoppé sur le regain de la pandémie à l’automne. En revanche, les échanges en ligne se sont intensifiés jusqu’à permettre à ProTandem d’élaborer des formats hybrides mi-présentiels, mi-distanciels. Financeurs du programme à hauteur de 3 millions d’euros par an en moyenne, les ministères de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, du Travail, de l’Europe et des Affaires étrangères côté français, et du Ministère fédéral de l’Éducation et de la Recherche côté allemand, ont mobilisé une partie des ressources non consommées pour financer davantage les échanges en ligne. Un forfait allant jusqu’à 250 euros par personne contribue à l’achat de matériel informatique et de logiciels, voire au financement de forfaits internet pour les élèves éloignés de leur centre de formation. Le forfait aide également à la réalisation de clips de présentation de l’établissement, de la ville ou de la région.

Tables rondes à distance

Car les échanges reprennent, et certains ont même débuté durant la pandémie. Le lycée Algoud-Laffemas de Valence, dans la Drôme, a ainsi développé avec son homologue ITECH Elbinsel Wilhelmsburg de Hambourg des solutions numériques dédiées à l’habitat. Les élèves du lycée Jean Mermoz de Montsoult (Val d’Oise) et le Heinrich-Hertz-Berufskolleg de Düsseldorf ont couplé leur formation en électrotechnique à des cours de langues tandem. 

Les premiers échanges réels, dont la programmation reprend peu à peu, bénéficieront d’une revalorisation du forfait journalier côté français, qui est passé de 35 à 40 euros côté français contre 46 euros côté allemand. Les stagiaires et les équipes pédagogiques continuent à bénéficier d’un service de traduction constant. ProTandem renforce par ailleurs ses liens avec l’Office franco-allemand pour la jeunesse (Ofaj) et avec la chambre de commerce franco-allemande. Les trois partenaires décerneront en novembre prochain leur premier Prix de l’avenir professionnel récompensant une classe pour la qualité d’un projet franco-allemand, une entreprise pour la qualité de sa formation d’apprentis, un établissement pour une initiative pédagogique innovante.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.