Wallonie

Danser, navigateur entre Rhin et Wallonie

Le transporteur fluvial Danser fait reposer l’activité de sa filiale France sur deux fondations, le Rhin supérieur et la Wallonie.

Barge Dancer

Cet opérateur familial hollandais s’est implanté dans l’Hexagone en 2013 en basant sa société tricolore à Strasbourg (Bas-Rhin). Il en a confié la direction à Guy Erat, l’un des acteurs les plus expérimentés de la navigation de marchandises par voie d’eau dans l’Est. Depuis la capitale alsacienne, cette filiale de 20 salariés organise la manutention et le chargement/déchargement dans des conteneurs de produits des industriels qui font appel à la voie fluviale à partir des ports d’Ottmarsheim à côté de Mulhouse et de Strasbourg. La relative stabilité peut être altérée par quelques facteurs, tel un pic ou un reflux de pièces des usines PSA (Stellantis) de Mulhouse, Sochaux et Vesoul, ou une baisse du niveau des eaux en période de sécheresse, synonyme ralentissement voire de suspension de la navigation sur le Rhin comme en 2018.

Guy ERAT

© Mathieu Noyer

Mais globalement, « la diversité des trafics qui caractérise notre activité sur le Rhin supérieur, principalement au port de Strasbourg, permet de lisser l’impact d’un phénomène,  y compris celui de la crise sanitaire l’an dernier », relate Guy Erat.

L’année 2020 s’est même soldée par une légère progression de 3 % , due à un autre cas particulier : les ravages de l’insecte scolyte dans les forêts vosgiennes ont déclenché des flux d’une ampleur exceptionnelle de grumes de bois issues d’arbres devant être abattus à la hâte.

Danser France se tourne aussi vers la rive germanique. Avec ses confrères suisses Ultra-Brag et allemand Haeger & Schmidt, la société organise des chargements communs le long du Rhin. A Kehl (Allemagne),  elle a instauré une navette de conteneurs, cette fois-ci sur le chemin de fer, à raison de trois allers-retours par semaine avec Rotterdam.

Mons, hub avant la mer du Nord

Les bilans annuels s’avèrent plus fluctuants sur le territoire wallon, car l’activité y repose sur un nombre plus limité de chargeurs, qui changent de prestataires au gré des contrats. Danser France a établi sa base locale au port de Mons-Ghlin. Il en constitue un hub de regroupement avant (ou après) un acheminement vers ou depuis les grands ports de la mer du Nord d’Anvers et Rotterdam.

Au fil des années, les marchandises transportées par la filiale hexagonale oscillent ainsi entre 60 000 et 70 000 équivalents vingt-pieds (EVP, l’unité internationale de mesure pour les conteneurs). L’an dernier, ce trafic a grimpé à 90 000 EVP avec l’espoir de s’installer durablement à cette hauteur, grâce à un troisième pilier : le bassin Nord de la France. Danser France y a démarré juste avant le premier confinement un contrat pluriannuel avec le groupe agro-alimentaire Roquette, pour un transport de conteneurs spécifiques entre  l’unité de production et le centre logistique de cet industriel qui exploite également une usine en Alsace à Beinheim…au bord du Rhin. 

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.