Grande Région – Rhin supérieur

De l’argent européen pour mieux repartir

Le plan de relance européen attribue plus de 500 millions d’euros au Grand Est et à ses voisins.

Production masques

Conçu pour stimuler l’économie européenne et l’aider à se relever de la crise sanitaire, le programme « React-EU » a attribué ses enveloppes financières pour 2021 et 2022 dans les différentes régions de l’Union pour un total de 50 milliards d’euros. Cumulée sur les territoires de la Grande Région et du Rhin supérieur, la dotation se monte à 568 millions d’euros.

Dans le détail, 188 millions d’euros sont attribués à la région Grand Est. Le Luxembourg reçoit 140 millions d’euros, la Wallonie 88 millions et les crédits pour les Länder de Bade-Wurtemberg, de Sarre et de Rhénanie-Palatinat s’élèvent respectivement à 86, 46 et 20,5 millions d’euros. Bien qu’inscrites pour cette année et la suivante, les sommes s’insèrent encore officiellement dans la programmation financière 2014-2020 de l’Union, que React-EU vient abonder.

Le sanitaire prioritaire en Wallonie

Elles sont inscrites, intégralement ou très majoritairement, au titre des programmes FSE (Fonds social européen) et Feder (fonds de développement régional), en fonction des attentes respectives des territoires. Au Luxembourg, la priorité va au financement du régime de chômage partiel, si bien que le FSE représente près de la moitié de la somme totale. En Wallonie, 20 % de l’enveloppe relève du FSE et 73 % du Feder, pour ce dernier selon trois axes : numérique (22,7 %), actions dans le sanitaire (40 %) et renforcement de projets (10,5 %).

Aide aux PME en Grand Est

Dans le Grand Est, le budget est fléché vers le fonds Feder. En réponse directe à la crise sanitaire, la « résilience du système de santé régional » forme un axe prioritaire.  Sont visés l’acquisition d’équipements adaptés, le développement d’unités mobiles de soins, l’aménagement des établissements de soins et le développement des structures de formation (instituts de formation des infirmiers/infirmières et des aides-soignants). En matière de développement économique, l’objectif consiste à soutenir des PME dans leurs investissements, avec une extension des soutiens au fonds de roulement des entreprises, dès lors que celles-ci présentent certaines garanties de pérennité. Les transitions énergétiques, par la relance notamment des marchés pour le BTP, et numérique complètent le dispositif.

En Grand Est, le dépôt des dossiers est possible depuis juin, sur le portail dématérialisé E-Synergie, dédié aux demandes d’aides européennes, avec une première échéance jusqu’à fin 2021 pour une  tranche initiale, et principale, de 148 millions d’euros. Les projets soutenus disposent d’un délai jusqu’à fin 2023 pour achever leur réalisation.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.