Lorraine – Luxembourg

Alliance transfrontalière contre la circulation de déchets clandestins

Depuis le début de l’année 2021, les douanes françaises et luxembourgeoises ont intercepté 50 tonnes de déchets traversant la frontière de manière illicite. Les Etats, le GECT Alzette-Belval  et les communes s’organisent pour contrer l’incivisme de professionnels et de particuliers.

Dépôt sauvage

Entre le Luxembourg et le nord de la Lorraine, les travailleurs ne sont pas les seuls à traverser les frontières. Gravats, verre, plâtre et sacs poubelles s’avèrent également très mobiles, généralement dans le sens Grand-Duché vers France. Les taxes imposées par le Luxembourg sur les déchets professionnels et les ordures ménagères ont généré divers trafics de rebuts vers la Lorraine. Les douanes françaises traitent ces importations illicites de la même manière que les trafics de cigarettes ou les stupéfiants. En partenariat avec leurs collègues luxembourgeois et belges, les douaniers ont consigné 50 tonnes de déchets au cours du premier semestre 2021 contre 42 tonnes en 2020 – une année particulière marquée par les confinements et la crise sanitaire.

Un sentiment d’impunité

Dorothée Habay-Lê

© DR

« Certains transferts sont le fait de particuliers ; d’autres, qui portent sur des grosses quantités de déchets, font penser à des organisations délictueuses. Comme la frontière renforce le sentiment d’impunité, un groupe de pilotage franco-luxembourgeois élabore depuis 2018 une stratégie globale pour contrer ces transferts », indique Dorothée Habay-Lê, directrice du GECT Alzette-Belval.

Le groupe de travail formé de l’Administration de l’environnement luxembourgeoise, des douanes françaises, de la communauté de communes Pays-Haut Val d’Alzette et du GETC synchronisent des initiatives allant de la campagne pédagogique à l’opération coup de poing de part et d’autre de la frontière.

« Les déchets produits au Luxembourg doivent être éliminés au Luxembourg, à moins qu'il n'existe aucune possibilité de valorisation ou d'élimination dans le pays d’origine. Tout dépôt éventuel des déchets en question dans une déchetterie d’un pays voisin, dans les forêts, dans la nature ou tout autre lieu non autorisé à cette fin est punissable, tant au Luxembourg, que dans ses pays voisins », rappelle l’administration de l’environnement luxembourgeoise, très impliquée dans ce dossier.

Gautier Berera

© DR

« Nous voulons intensifier les contrôles, car toute décharge qui se crée restera en place pendant des années. Mais la solution passe aussi par l’éducation, la mise en place de composteurs de quartier et l’instauration de l’objectif zéro déchet  sur l’ensemble du bassin de vie transfrontalier », estime Gautier Berera, adjoint en charge de l'environnement et de la cause animale à Audun-le-Tiche.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.