Bade-Wurtemberg – Strasbourg

Calorie Kehl va réchauffer Strasbourg

Un « caloduc » transfrontalier permettra d’ici à 2025 de chauffer 5.500 logements strasbourgeois à partir de Kehl. Le projet était en gestation depuis 20 ans.

BSW

Le projet de chauffer une partie de Strasbourg depuis l’aciérie de Kehl de l’autre côté du Rhin se met en place. La structure porteuse, la société d’économie mixte « Calorie Kehl » de droit français, se constituera au cours du second semestre 2021. Elle regroupe des actionnaires français et allemands,  l’Eurométropole de Strasbourg, la région Grand Est, la Caisse des dépôts, la Ville de Kehl et le Land de Bade-Wurtemberg. L’investissement s’élève à 25,5 millions d’euros et devrait être subventionné pour plus d’un tiers de l’Ademe et de son homologue allemande la Deutsche Energie Agentur (Dena). La majeure partie de ce budget sera mobilisée dans la construction d’une conduite sous le Rhin, un « caloduc » de 5,5 kilomètres destiné à relier l’émetteur et le récepteur d’énergie : respectivement, l’aciérie Badische Stahlwerke (BSW) pour la chaleur résiduelle (« fatale ») en fin de son process, et le réseau de chaleur urbain de Strasbourg qui alimente les quartiers Esplanade et Elsau. BSW participera à l’investissement, par des équipements d’extraction de la chaleur.

L’Eurométropole vise un démarrage des travaux après la mi-2022 qui doit aboutir à une mise en service à l’été 2025, trois ans plus tard. Cette initiative est en mesure de produire 55 gigawattsheure (Gwh) par an dans une première phase, représentant de quoi chauffer 5 500 logements et les projections évaluent un potentiel du plus du double, soit environ 135 Gwh/an. 

Catherine Trautmann

© DR

« La création de la société d’économie mixte marque l’aboutissement de vingt ans avec BSW dont on nous avait dit qu’elle était vouée à l’échec parce que tantôt trop chère, trop compliquée, se heurtant à des impasses législatives ou réglementaires », rappelle une cheville ouvrière du projet, Catherine Trautmann, l’ancienne maire (1989- 1997 et 2000-2001) et jusqu’à l’été vice-présidente de l’Eurométropole pour le développement économique et le plan climat.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.