Bas-Rhin – Forêt-Noire

Une tour en bois surplombe la frontière

Ouvert depuis un mois, le « Chemin des cimes » qui parcourt la forêt de Drachenbronn (Bas-Rhin) culmine dans une tour en bois, vise une clientèle au moins autant allemande que française.

Tour Chemin des cimes

Franco-allemand, le Chemin des cimes de Drachenbronn (Bas-Rhin) l’est à divers titres.  La conception et la réalisation de ce parcours ludique en bois dans la forêt ouvert fin mai a associé les compétences venues des deux pays. L’entreprise allemande porteuse, Erlebnis Akademie (EAK) a fait appel au cabinet d’architectes Stöger-Kölbl implanté en Bavière pour dessiner l’étonnant chemin qui monte doucement (la pente est limitée à 6 degrés pour permettre l’accès aux personnes à mobilité réduite et aux poussettes) sur 1 kilomètre dans le massif des Vosges du Nord, pour se terminer par une spectaculaire tour en bois au sommet de laquelle s’offre une vue tout aussi remarquable sur la nature environnante. Mais la construction porte également la marque d’un architecte local, Stéphane Deiss, et des entreprises de travaux bas-rhinoise qui en ont assuré le terrassement, la charpente, ou encore les menuiseries. Les principaux éléments en bois, eux, ont été confectionnés par deux sociétés spécialisées en Autriche et en République tchèque.

Objectif 180 000 entrées

Le caractère binational imprègne désormais aussi la phase d’exploitation, pour attirer les visiteurs.

Laurence Lacalmontie

© DR

« La zone principale de chalandise couvre un périmètre d’1h30 de trajet par la route. Vu la localisation, elle sera dès lors au moins autant, sinon davantage allemande que française », décrit Laurence Lacalmontie, responsable marketing du Chemin des cimes.

Le site, qui emploie 25 permanents, vise une fréquentation de 180 000 entrées, payantes. Il est accessible à pied par un sentier balisé, et principalement par une navette en contrebas sur une portion de l’ancienne base aérienne de Drachenbronn. Le Chemin des cimes constitue en effet la facette la plus visible de la reconversion de l’installation militaire fermée en 2015, un dossier piloté par la communauté de communes du Pays de Wissembourg. Avant son panorama final, il sera parcouru de stations ludiques et pédagogiques qui aideront à découvrir ou redécouvrir les richesses naturelles locales.

La Forêt-Noire (Bad Wildbad) et les boucles de la Sarre comptent déjà parmi les sites d’implantation de dix autres Chemin des cimes ouverts par EAK, en Allemagne et en Europe centrale. La reconversion de Drachenbronn va prendre une dimension transfrontalière accrue. Côté économie, la société du Palatinat Gusto Palatino est à l’origine d’une unité de fabrication de fonds de tartes flambées qui doit ouvrir sur place. Et l’offre touristique doit se compléter l’an prochain d’hébergements insolites proposés par la société sarroise Glamping Resorts, qui en développe déjà dans la biosphère du Bliesgau à Kleinblittersdorf.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.