Grande Région - Rhin supérieur

Travail détaché transfrontalier : derrière les mythes, l’immobilisme

En 2005, les Français ont fait du plombier polonais l’épouvantail du travail détaché incontrôlé. Une quinzaine d’années plus tard, le traité d’Aix-la-Chapelle est venu en aide au fleuriste de Kehl, que les directives européennes empêchaient quasiment de livrer un bouquet à Strasbourg. Mais les cinq pays membres de la Grande Région et du Rhin supérieur butent toujours sur un droit européen inadapté au fait frontalier.

travailleur-détaché

A l’exception d’une brève passe d’armes entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen lors du débat d’entre-deux tours des élections présidentielles françaises, le travail détaché transfrontalier est retombé dans la routine des tracasseries et des non-dits. La question a été évoquée lors du premier forum économique transfrontalier qui s’est tenu à Strasbourg le 22 juin dernier, puis en juillet à l’occasion d’une réunion entre le ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales et son homologue français. 

La suite est réservée aux abonnés.
  • Déjà abonné ?
  • Se connecter
Indiquer votre adresse email utilisé lors la création de votre compte utilisateur
Indiquer votre mot de passe utilisé lors de la création de votre compte (8 caractères dont majuscule et chiffre)
  • Accédez à tous les contenus du site en illimité.
  • Les newsletters exclusives, éditos et chroniques en avant-première

Aucun abonnement actif avec votre compte
Commandez un abonnement pour lire la suite

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.