Grande Région - Rhin supérieur

« L’anglais supplante l’allemand dans le recrutement de cadres »

Mathieu Weinborn, consultant au cabinet de recrutement Walter

Consultant au cabinet de ressources humaines Walter implanté à Metz, Nancy, Strasbourg et Colmar, Mathieu Weinborn observe le recul du critère de la maîtrise de l’allemand au profit de l’anglais dans l’embauche des managers et cadres de filiales françaises de sociétés allemandes, suisses, ou autrichiennes.

Mathieu Weinbron - Walter

Le critère de la maîtrise de l’allemand a-t-il perdu de son importance dans les recrutements dans les filiales de groupes de l’espace germanique ?

Dans notre cible d’activité - le recrutement de cadres de direction et d’experts de leurs métiers dans les entreprises et notamment l’industrie - nous observons effectivement le recul de ce prérequis. C’est d’abord un effet du renouvellement des générations en Allemagne : les Allemands sont devenus plus anglophones et les sociétés qui les emploient se sont internationalisées, au point que l’anglais est devenu leur langue de travail (1). Lorsque le poste est basé en France, ce critère s’estompe et la pratique de l’anglais le supplante.

La suite est réservée aux abonnés.
  • Déjà abonné ?
  • Se connecter
Indiquer votre adresse email utilisé lors la création de votre compte utilisateur
Indiquer votre mot de passe utilisé lors de la création de votre compte (8 caractères dont majuscule et chiffre)
  • Accédez à tous les contenus du site en illimité.
  • Les newsletters exclusives, éditos et chroniques en avant-première

Aucun abonnement actif avec votre compte
Commandez un abonnement pour lire la suite

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.