Bonnes fêtes et meilleurs vœux !

Lorraine - Luxembourg

Saint Nicolas patiente sur son âne aux portes de l’Unesco

Au Luxembourg, les écoliers ont déjà placé leurs chaussures sur le pas de la porte en espérant des friandises. En Lorraine, des centaines de bénévoles apportent une touche finale à leur char avant les défilés de ce week-end. Ces rituels alimentent un projet de candidature transfrontalière au patrimoine immatériel de l’Unesco.

Saint nicolas

Ce week-end, Saint Nicolas défilera en grande pompe dans les rues des villes dont les maires lui confieront symboliquement les clés – à moins qu’il ne passe discrètement dans les maisons dans la nuit du 5 au 6 décembre pour apporter des friandises aux enfants sages. Quinze siècles après  la naissance de sa légende, l’évêque Nicolas de Myre, saint patron des mariniers, des prostituées, des prisonniers et des avocats, mais surtout des enfants, reste fêté de la Suisse à la Russie. Les célébrations sont particulièrement marquées en Lorraine, dont Saint-Nicolas est le saint patron depuis 1477, et au Luxembourg, où le Niklosdag est traditionnellement férié pour les enfants du primaire.

Patrimoine immatériel

chaussures st nicolas

© www.iki.lu

Cette convergence aurait pu déboucher en 2020 sur une candidature transfrontalière au patrimoine immatériel de l’Unesco. La Ville de Nancy, qui avait finalisé en 2019 cinq ans de travail pour faire inscrire les fêtes locales de la Saint-Nicolas à l’inventaire français du Patrimoine, prévoyait de porter cette demande d’inscription internationale en associant le Luxembourg, voire la Belgique. La crise sanitaire semble avoir grippé celle-ci, sans pour autant la stopper.

patrick-dondelinger

DR

« Dans la continuité de la démarche française, nous avons inscrit Saint Nicolas à notre propre inventaire du patrimoine national. Nous restons tout disposés à nous joindre à Nancy et à la France pour porter cette candidature à l’Unesco », indique Patrick Dondelinger, chargé d’études dirigeant au Patrimoine culturel immatériel du Luxembourg.

Sonneurs de trompe

souffleurs

© www.iki.lu

En décembre dernier, le Grand-Duché a obtenu l’inscription, dans le cadre d’une candidature multinationale, de ses « Haupeschbléiser », les sonneurs de trompe, sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'Humanité. Ce succès remporté avec la France, la Belgique et l’Italie, est intervenu dix ans après la prise en considération d’une pratique spécifiquement luxembourgeoise, la procession dansante d'Echternach (Iechternacher Sprangprëssessioun) et 25 ans après le classement des vieux quartiers et des fortifications de la ville de Luxembourg au patrimoine mondial de l'humanité.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.