Luxembourg – France - Belgique

Déposséder – dépossédé, la mémoire des évincés

Le Centre national de littérature (CNL) et le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C²DH) de l'Université du Luxembourg organisent des journées d’étude internationales sur les mécanismes de dépossession pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Chaise

« Plus rien ne nous appartient : ils nous ont pris nos vêtements, nos chaussures, et même nos cheveux (…). Ils nous enlèveront jusqu'à notre nom : et si nous voulons le conserver, nous devrons trouver en nous la force nécessaire pour que derrière ce nom, quelque chose de nous, de ce que nous étions, subsiste. » La bouleversante citation de Primo Levi, (« Si c’est un homme », 1947) constitue l’un des multiples témoignages de la dépossession que subirent certaines catégories d’Européens, et tout particulièrement la population juive, entre 1933 et 1945.

Ces 5 et 6 juillet, le Centre national de littérature (CNL) et le Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C²DH) de l'Université du Luxembourg consacreront deux journées d’étude internationales  à ces mécanismes d’exclusion qui confisquèrent successivement leurs biens, leur identité et jusqu’à leur existence aux victimes, souvent sur la base de la modification du cadre légal. Les interventions, en français et en anglais, exploreront les diverses facettes de cette dépossession, en particulier au Luxembourg, en France et en Belgique, où elle s’est entre autres exprimée via la peinture et la littérature.

Les journées sont accessibles gratuitement en direct en ligne, après réservation. L’inscription se fait sur la page de l’événement.

https://wwwen.uni.lu/university/events/journees_d_etude_deposseder_depossede

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.