Sarre-Moselle

Saarmoselle balise la piste d’un corridor sanitaire transfrontalier

Arrivé à mi-parcours, GeKo, projet-phare de l’eurodistrict SaarMoselle, est parvenu à faire progresser la digitalisation des données médicales transfrontalières et à élargir le réseau de partenaires hospitaliers. Mais son but ultime, la création d’un corridor expérimental de soins sans frontière, n’est pas encore en vue.

GeKo

Le 22 septembre dernier, la journée de la santé SaarMoselle a réuni au centre de communication Inéos (ex-Smartville) de Sarreguemines une soixantaine de participants venus faire le point du projet-phare de l’Eurodistrict. Lancé en janvier 2020, juste avant la pandémie de Covid, et soutenu à hauteur de 1 million d’euros par le programme Interreg VA Grande Région, GeKo ("Gesundheitskooperation") tombait à point nommé pour structurer et développer la coopération sanitaire dans un bassin de population transfrontalier de 600.000 habitants. Arrivé à mi-parcours, le projet a fait progresser la digitalisation des données de santé transfrontalières, étendu le périmètre des coopérations inter hospitalières et posé les jalons d’une coordination sarro-lorraine dans la prise en charge des urgences. 

La suite est réservée aux abonnés.
  • Déjà abonné ?
  • Se connecter
Indiquer votre adresse email utilisé lors la création de votre compte utilisateur
Indiquer votre mot de passe utilisé lors de la création de votre compte (8 caractères dont majuscule et chiffre)
  • Accédez à tous les contenus du site en illimité.
  • Les newsletters exclusives, éditos et chroniques en avant-première

Aucun abonnement actif avec votre compte
Commandez un abonnement pour lire la suite

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.