Rhin supérieur

Les entreprises veulent refaire affaire entre voisins

Deux programmes de coopération s’engagent, dans l’objectif de créer un marché transfrontalier de la sous-traitance, des prestations de services et du transfert de technologie. Circuits courts, approvisionnements sécurisés et relocalisation en sont les maîtres-mots.

Rhin supérieur

C’est un enfant de la Covid-19. La naissante bourse d’affaires Business Sourcing du Rhin supérieur entend prolonger et étendre à tous les secteurs industriels la dynamique de rapprochement entre offre et demande transfrontalière qui s’est déclenchée l’an dernier lors du premier confinement pour se fournir en masques et autres équipements de protection.

Circuits courts, approvisionnements sécurisés, relocalisation : les mots-clés qui ont émergé inspirent l’initiative, en cours de lancement sous l’égide de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) Alsace Eurométropole.

« Business Sourcing souhaite susciter un référencement des offres de sous-traitance et prestations de services qui puisse ignorer la frontière, et élargir ainsi l’horizon de courant d’affaires des entreprises aux territoires limitrophes », explique Frank Rotter, directeur de la coopération transfrontalière à la CCI alsacienne.

Rhin supérieur

© André Faber

Du trinational en présentiel

La plate-forme web en cours de finalisation permettra, de façon bilingue et gratuite, de présenter les offres de manière détaillée dans un champ dédié, de diffuser les actualités de l’entreprise sur un fil d’informations, et d’être répertorié pour les demandes d’achats qui transiteront par la CCI. De leur côté, les acheteurs pourront diffuser leur cahier des charges et effectuer des recherches multicritères de fournisseurs.

A cette activité en ligne, Business Sourcing souhaite ajouter les avantages de rencontres en présentiel. Ses porteurs (outre la CCI Alsace Eurométropole, ses homologues IHK de Fribourg-en-Brisgau et Karlsruhe et CCI franco-allemande et franco-suisse, l’association Wirtschaftsregion Offenburg et la TechnologieRegion de Karlsruhe) espèrent organiser des conventions d’affaires trinationales, une à plusieurs fois par an.

Sortir les pépites cachées

Le projet au budget de 439 000 euros se déroule jusqu’en juin 2023, dans le cadre du programme Interreg-V qui cofinance une autre initiative d’esprit similaire, tournée vers  le transfert de technologie : Titan-E, acronyme du très angliciste « Trinational innovation and technology advanced network of enterprises ». Pour une enveloppe de 2,5 millions d’euros, les 25 partenaires réunis autour de la CCI Alsace Eurométropole stimulent la mise en relation entre la recherche et le monde de l’entreprise, qu’il s’agisse de startups ou de sociétés matures.

Andreas Doppler

© Regio Basiliensis

« Titan-E entend notamment ancrer l’entrée des entreprises du Rhin supérieur dans l’ère de l’intelligence artificielle, du 4.0 et du digital », souligne Andreas Doppler, chargé du projet dans la structure de coopération Regio Basiliensis à Bâle.

Le principe consiste là aussi à référencer un maximum de laboratoires parfois « cachés » dans les établissements d’enseignement supérieur et en tout cas ignorés de l’autre côté de la frontière, de manière à créer un bassin réellement transfrontalier d’échanges. Titan-E porte l’objectif d’organiser un concours trinational des entreprises innovantes et technologiques. Il prend appui sur le concours i4Challenge de Bâle : très couru en Suisse, celui-ci s’ouvre aux startups françaises et allemandes limitrophes pour son édition 2021.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.