Grand Est – Rhin supérieur – Grande Région

L’après-Rottner remet en question le pilotage de la coopération

La démission surprise du président Jean Rottner, le 20 décembre dernier, ouvre une ère d’incertitude pour la coopération transfrontalière du Grand Est. Les volontés autonomistes qui s’expriment en Alsace pourraient fragmenter une cohésion élaborée depuis sept ans au long de 760 kilomètres de frontières.

grand-est-dérive-ok

« Des impératifs personnels » selon son communiqué du 20 décembre dernier, mais auxquels il faut ajouter voire privilégier l’opportunité d’une reconversion dans le secteur privé qu’a dévoilée sa nomination comme directeur régional du groupe immobilier Réalités : la démission de Jean Rottner de toutes ses fonctions politiques, y compris de son poste de président du conseil régional du Grand Est, a en tout cas pris de court. Dans le Grand Est et parmi ses voisins, nul ne doute que Franck Leroy, dont l’élection est prévue le 13 janvier prochain à Metz, s’inscrira dans la continuité des engagements de son prédécesseur. Mais le changement rebat les cartes, à commencer par la pérennité même de la région issue en 2016 de l’attelage Alsace – Lorraine – Champagne-Ardenne et par conséquent du cadre institutionnel de la coopération transfrontalière. 

La suite est réservée aux abonnés.
  • Déjà abonné ?
  • Se connecter
Indiquer votre adresse email utilisé lors la création de votre compte utilisateur
Indiquer votre mot de passe utilisé lors de la création de votre compte (8 caractères dont majuscule et chiffre)
  • Accédez à tous les contenus du site en illimité.
  • Les newsletters exclusives, éditos et chroniques en avant-première

Aucun abonnement actif avec votre compte
Commandez un abonnement pour lire la suite

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.