Rhin supérieur - Palatinat

Le KM0 de Mulhouse se prolonge en totem transfrontalier

Le nouveau point de rencontre haut-rhinois entre l’industrie et le numérique accueille désormais deux éditeurs de logiciels allemand et suisse.

KM0

Le « KM0 » de Mulhouse commence à gagner son pari, y compris dans sa dimension transfrontalière. En 2018, cinq entrepreneurs, universitaire et architecte locaux pleins d’audace avaient forgé l’idée de transformer un atelier du XIXème siècle de la ville haut-rhinoise en un totem du XXIème siècle et d’en faire un lieu de jonction entre l’industrie et le numérique.

Au bâtiment choisi dans le quartier Fonderie en reconversion à Mulhouse, ils ont donné le nom de KM0 en référence au « kilomètre zéro » qui désignait le point de départ, à cet endroit même, de la première ligne de chemin de fer transfrontalière de France, ouverte entre Mulhouse et Bâle (Suisse) en 1841. Trois ans après la livraison des locaux pour la société porteuse du KM0 – associant la Caisse des dépôts et le Crédit agricole Alsace-Vosges – le projet dépasse ses ambitions initiales. Le lieu accueille 830 personnes : des actifs (entrepreneurs, salariés) et des étudiants de près de 50 structures (entreprises, écoles de formation, incubateur de jeunes sociétés…). Le projet a abouti à la création d’une centaine d’emplois qui n’étaient pas auparavant présents dans l’agglomération. De plus, 450 élèves auront rejoint ce « village » cours des trois prochaines années dans les trois prochaines années, grâce à la création, début 2022, de l’ « Ecole 42 », établissement de formation en informatique-digital.

Rein Cohen

© Mathieu Noyer

« La référence à l’ancienne ligne ferroviaire traduisait aussi notre volonté de positionner d’emblée le KM0 comme un projet transfrontalier, qui puisse tirer parti de l’écosystème autour de l’industrie 4.0 et de la création web dans les zones du Pays de Bade et de Bâle. Et ceci est devenu réalité », soulignent l’entrepreneur Patrick Rein (à gauche) et l’universitaire Gérald Cohen, cofondateurs du KM0.

Effet réseau

ProAlpha logiciels

ProAlpha créé des logiciels pour l'industrie. © ProAlpha

Les échanges avec ces voisins se développent. Deux premières entreprises allemande et suisse, ProAlpha et Actricity, ont franchi le pas d’implanter leur filiale française au KM0.

ProAlpha a repositionné à cet endroit sa société française implantée à Strasbourg en 1998, six ans après sa propre création à Weilerbach dans le Palatinat. Pour cette solide entreprise de 1 550 salariés en Allemagne, Autriche, Suisse, Europe centrale et donc France (172 millions d’euros de chiffre d’affaires pour l’exercice 2020/2021) spécialisée dans les progiciels de gestion pour toute l’industrie, exceptés la chimie-pharmacie, la cosmétique et l’agro-alimentaire, l’opportunité de s’installer dans l’agglomération de Mulhouse s’est présentée en 2014 avec le rachat de son partenaire commercial suisse.

ProAlpha Aron

© ProAlpha

« En 2018, la naissance du KM0 nous a incités à déménager là et les avantages que nous supposions se sont vérifiés. L’effet réseau existe et nous rencontrons ici d’autres occupants aux activités complémentaires qui nous permettent  d’envisager des offres communes. De nombreux industriels viennent visiter les locaux, ce qui nous permet d’échanger avec de nouveaux clients potentiels. Et comme nous recrutons, la présence d’établissements de formation de futurs développeurs nous intéresse aussi », décrit Jean Aron, responsable des opérations de ProAlpha Consulting France.

Siège ProAlpha

Le siège social de ProAlpha à Weilerbach (Palatinat) © ProAlpha

Cette filiale de ProAlpha compte 15 salariés à Mulhouse, soit la moitié de son effectif français situé par ailleurs à Lyon. L’effet réseau est d’autant plus précieux que ProAlpha Consulting France a lancé en avril  une stratégie de prospection directe de clients français.

« Notre antenne de Mulhouse interagit également avec l’agence que nous venons d'ouvrir à Bienne en Suisse pour la partie francophone de ce pays. Cette nouvelle implantation prend place dans un centre d’innovation au profil très proche du KM0 », poursuit Jean Aron.

Pour Actricity, le KM0 est presque un voisin : cet autre éditeur de logiciels de gestion basé à Allschwil, dans la banlieue de Bâle,  compte lui aussi parmi les premiers locataires du bâtiment en 2019. Le site mulhousien emploie 5 des 15 salariés de l’entreprise franco-suisse, spécialisée dans les logiciels de services, le négoce et la maintenance.

Actricity Knuchel

© Actricity

« Nous cherchions un lieu pour développer l’activité en France et en Suisse romande. Mulhouse en général pour la proximité et le KM0 en particulier pour son ambiance se sont vite imposés à nous. Nous y trouvons un état d’esprit très stimulant pour le business », salue David Knuchel, responsable France d’Actricity.

Les initiateurs du KM0 espèrent attirer d’autres occupants transfrontaliers dans le sillage de ces pionniers. Leur confiance à ce propos apparaît justifiée.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.