Sarre Moselle

5 000

salariés, dont 800 frontaliers est-mosellans, s’inquiètent de l’avenir de l’usine Ford de Sarrelouis. Le syndicat IG Metall et le comité de défense des frontaliers de la Moselle organisent une après-midi d’action  au marché central de Sarrelouis le mardi 14 septembre pour demander des garanties quant à l’avenir du site au-delà de 2025.

5 000

Affectée par la pénurie de puces électroniques qui ralentit la production durant un trimestre, l’usine sarroise attend également une décision de sa maison-mère américaine quant à l’attribution – ou non – de nouveaux modèles. La délocalisation redoutée affecterait non seulement les salariés de Ford Sarrelouis, mais aussi les sous-traitants implantés sur le parc industriel attenant et dans la Grande Région.

En 2019, Ford a initié un vaste plan social qui a conduit à la suppression de 5.400 postes en Allemagne, dont 2.300 à Sarrelouis.  Les quelque 200 salariés mosellans qui ont quitté l’entreprise rencontrent de grandes difficultés pour faire reconnaître leur rupture conventionnelle par les organismes français.  

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.