Sarre-Lorraine

Les jeunes chercheurs auscultent les finances publiques post-Covid

Le centre de recherche de droit public de l’Université de Lorraine Irénée et l’Université de la Sarre ont organisé fin juin le premier congrès franco-allemand des jeunes chercheurs en finances publiques.

Affiche

Que nous apprend la crise du Covid sur les finances publiques françaises et allemandes ? Le centre de recherche de droit public Irénée, issu de l’Université de Lorraine, et l’Université de la Sarre, a réuni du 23 au 25 juin une trentaine de jeunes chercheurs germanophones et francophones pour contribuer au débat scientifique sur un éventuel assouplissement des critères de Maastricht.

Jérôme Germain

© DR

« Même sur des thématiques budgétaires très techniques, il subsiste de fortes différences d’approches culturelles entre la France, traditionnellement étatiste et dirigiste, et une Allemagne plus libérale, plus soucieuse d’économies budgétaires et moins encline à l’endettement », observe Jérôme Germain, maître de conférences HDR en droit public  à l’Université de Lorraine et co-directeur du Master 2 « Procédures et fiscalité appliquées » de la faculté de droit de Metz.

En dépit de ces divergences, la France et l’Allemagne ont achoppé sur une même difficulté : la crise sanitaire a révélé des carences d’investissement qui se sont traduites, entre autres, par des failles du système de santé et des lenteurs dans le déploiement de la vaccination.

Finance et diversité

Organisé avec le soutien financier de l’Université franco-allemande et le concours de la Société française de finances publiques et de la Revue de l’euro, issue de l’Université luxembourgeoise, le colloque en ligne a permis aux  doctorants et docteurs ayant soutenu leur thèse voici moins de cinq ans d’échanger sur des thématiques complexes. Une dizaine d’ateliers ont notamment exploré la réponse budgétaire et fiscale de l’Union européenne à la crise sanitaire, le droit douanier durant la pandémie ou encore, l’usage des baisses fiscales comme amortisseurs de la crise.

Très international, le congrès a réuni des intervenants venus d’Allemagne, d’Autriche, du Cameroun, de France, du Maroc, des Pays-Bas, de Slovénie ou de Suisse.  Des experts interdisciplinaires -  juristes,  économistes, historiens, philosophes, politologues…  ont complété la diversité d’approche. Le réseau informel de chercheurs franco-allemand, qui s’était déjà penché sur l’impact de la crise financière de 2008 ou l’explosion de la dette publique grecque en 2011, estime que la politique budgétaire européenne a tué la reprise. Le prochain congrès des jeunes chercheurs, prévu dans deux ans, aura pour thème l’annulation des dettes publiques détenues par la banque centrale européenne.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.