Rhin supérieur

Que pensent les frontaliers de la frontière ?

Le réseau Jean Monnet FRONTEM (Strasbourg) et l'Euro-Institut (Kehl) veulent savoir quel rôle joue la région frontalière du Rhin supérieur pour les habitants des deux côtés du fleuve. Les résultats de cette grande enquête, ouverte qu'au 31 mai, doivent permettre d'améliorer la coopération transfrontalière.

Umfrage

"Diriez-vous que la frontière joue un rôle important dans votre vie quotidienne ?", "Qu'associez-vous à la coopération transfrontalière ?", "La fermeture de la frontière suite à une pandémie a-t-elle modifié votre perception de la frontière ?"

Le réseau Jean Monnet Frontel, porté par l'Université de Strasbourg et cofinancé par l'Union européenne, et son partenaire, l'Euro-Institut, pose ces questions pour mieux comprendre comment les habitants de la région du Rhin supérieur vivent la région frontalière. Cette enquête ouverte en ligne jusqu'au 31 mai et d'une durée d'environ cinq minutes porte un nouveau regard  sur la frontière et son rôle en matière d’intégration européenne.

Anne Thevenet

Anne Thevenet © Euro-Institut

"L'objectif du sondage est d'obtenir un aperçu actuel de l'opinion de la population, notamment en ce qui concerne la crise sanitaire du Covid. Il s'agit en premier lieu d'un échange de connaissances et d'expériences. Toutefois, on s'interrogera également sur les besoins de la population, les obstacles à la coopération transfrontalière et à la gestion des frontières et les questions d'avenir. En ce sens, le projet doit également contribuer à une coopération transfrontalière améliorée et orientée vers les besoins", explique Anne Thevenet, directrice adjointe de l'Euro-Institut.

Les résultats de l'enquête seront rassemblés dans un manuel, appelé Toolkit, qui s'adresse aux acteurs et aux étudiants de la coopération transfrontalière. Suite à l'enquête, les personnes intéressées sont invitées à un petit-déjeuner-atelier le 28 juin à l'Euro-Institut de Kehl pour approfondir les thèmes abordés.  Une école d'été, des séminaires de recherche, un séminaire pour doctorants et des publications scientifiques sont également à l’étude. Des groupes de citoyens et d’acteurs de la coopération transfrontalière pourront échanger sur la gestion de la frontière, le rôle des citoyens  et leur sentiment d’appartenance à la région du Rhin supérieur.

Les frontières européennes en comparaison

Le réseau Jean Monnet "Frontières en Mouvement" (Frontem), qui se compose de sept universités et établissements d'enseignement d'Europe et du Canada, a été créé en novembre 2019. Il  met l'accent sur cinq frontières européennes : celle entre l'Irlande et l'Irlande du Nord, entre la France, la Belgique et le Royaume-Uni, celle entre le Danemark et l'Allemagne et celle entre la Hongrie et la Roumanie.

"Nous partons du principe qu'il n'existe pas de modèle unique pour les frontières de l'UE. C'est pourquoi le réseau a pour objectif d'analyser les différentes régions frontalières concernées en termes de gestion et de perception de leurs frontières respectives et de les comparer entre elles", explique Anne Thevenet.

Des groupes de réflexion ont été mis en place dans les cinq régions frontalières étudiées. Frontem a publié en octobre dernier un premier manifeste sur l'avenir de la coopération transfrontalière en Europe. Les recherches conduites dans le Rhin supérieur seront intégrées dans le manifeste fin juin.

La suite est réservée aux abonnés.
  • Déjà abonné ?
  • Se connecter
Indiquer votre adresse email utilisé lors la création de votre compte utilisateur
Indiquer votre mot de passe utilisé lors de la création de votre compte (8 caractères dont majuscule et chiffre)
  • Accédez à tous les contenus du site en illimité.
  • Les newsletters exclusives, éditos et chroniques en avant-première

Aucun abonnement actif avec votre compte
Commandez un abonnement pour lire la suite

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.