Grande Région - Rhin supérieur

Le glamping fait son nid dans les forêts transfrontalières

Dans le sillage du sarrois Glamping Resorts, le luxembourgeois Nutchel installe le concept d’hébergement insolite en pleine nature dans les Ardennes belges et dans le Grand Est. Trente-sept cabanes de luxe ouvriront en octobre dans les Vosges alsaciennes.

Cabane Nutchel

Connaissez-vous le glamping ? Réunion de glamour et camping, le concept désigne un hébergement insolite dans la nature dans de petites habitations tout confort, sorte de version améliorée du camping. La région transfrontalière accueille des démonstrateurs de cette nouvelle vogue et ne manque pas de projets.

Glamping Sarre

Les bungalows Glamping Resort en Sarre © Glamping Resort

Le sarrois Glamping Resorts a ouvert le bal en créant en 2017 un premier site à Kleinblittersdorf, dans le domaine de la Bliesgau. Il entend à présent contribuer à la reconversion touristique de l’ancienne base aérienne de Drachenbronn (Bas-Rhin), mais son projet de 60 à 80 bungalows est mis en suspens après une année de crise sanitaire. La communauté de communes compétente, du Pays de Wissembourg, indique que le permis d’aménager est accordé et table sur une ouverture en 2023, au pied de la nouvelle attraction de l’ex-site militaire, le « Chemin des cimes », un parcours insolite en forêt ouvert depuis ce printemps par l’allemand Erlebnis Akademie (EAK).

Luxe et rusticité

Un acteur luxembourgeois dissémine également des hébergements insolites de part et d’autre de la frontière. Nutchel s’est implanté en 2017 au Luxembourg, « pour sa position géographique centrale, par pour sa fiscalité », assure sa direction. Cette société de 30 personnes a ouvert l’an dernier sous sa marque un prototype grandeur nature à Martelange, dans les Ardennes belges :trente « cabanes » en bois préfabriqué, d’apparence rustique, dépaysantes par leur localisation, mais  généreusement équipées selon les  standards citadins à l’intérieur. L’entreprise belge Prefabois construit les structures dans ses ateliers, avant de les faire assembler sur site, et Nutchel fabrique le mobilier en direct, dans son unité de Wincrange au Luxembourg.

Clémence Rousseau-Dumarcet

© DR

« On a ouvert Martelange en plein Covid, et cette crise sanitaire a donné un énorme coup d’accélérateur à l’activité. C’est logique, car notre concept est justement imaginé comme une réponse au besoin d’évasion temporaire, de déconnexion, de décompression en nature par rapport à la vie en ville. L’épidémie a justement renforcé ces attentes », souligne Clémence Rousseau-Dumarcet, fondatrice et directrice de Nutchel.

Le dépaysement à deux heures de route

INtérieur cabane Nutchel

© Nutchel

Ce premier investissement de 2,5 millions d’euros est suivi d’un deuxième, d’un montant de 3,5 millions d’euros, qui a pour théâtre l’Alsace. Au pied du massif vosgien, à Plaine (Bas-Rhin), Nutchel ouvrira le 22 octobre prochaine un nouveau site de 37 cabanes de 2 à 6 personnes : cuisine avec petite gazinière, glacière en bois en guise de réfrigérateur, poêle à bois, terrasse, et même bain nordique pour certaines… mais pas connexion Wifi à dessein,  le tout à partir de 90 euros pour deux personnes en séjours d’au moins 3 nuits le week-end ou deux en semaine. Ce « village forestier » s’installe dans un domaine de 7 hectares, en partie renaturé. Succédant à un ancien village de vacances très typé Trente Glorieuses, tombé en déshérence, puis en ruines, le site se veut emblématique d’une nouvelle manière d’implanter des projets touristiques respectueux de l’environnement.

Nutchel Plaine

Le site de Plaine en fin de chantier. © Mathieu Noyer

« La clientèle se recrutera dans un rayon principal de 200 kilomètres, ou deux heures de voiture. Ce qui inclut ainsi l’Allemagne  limitrophe, ou encore le Luxembourg et la Belgique. De façon générale, notre concept séduit notamment les Belges et les Hollandais avides de dépaysement dans des massifs plus montagneux », poursuit Clémence Rousseau-Dumarcet.

Nutchel entend ne pas s’arrêter là. La société lorgne vers la Champagne-Ardenne. Ses prochains développements pourront aussi adopter des formats  un peu plus petits, de l’ordre de 20 à 25 emplacements, dans le cadre de franchises.

 

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.