Lorraine-Luxembourg

Au Moyen-Age, la Gaule mosellane préfigurait déjà l’Europe politique

Publié par l’éditeur franco-luxembourgeois Gérard Klopp, le bel ouvrage intitulé « Luxembourg- Lorraine au Moyen-Age » retrace l’émergence d’un espace qui portait dès le IIIème siècle les prémices de la construction européenne.

luxembourg-lorraine-au-moyen-age

La période médiévale ne se résume pas à une succession de guerres. A la fin de l’Empire, la Gaule mosellane qui recouvre la Lorraine et le Luxembourg actuels connut certes des invasions barbares - dont celle d’Attila, qui assiégea Metz en 451. Mais les dynasties mérovingienne et carolingienne ont modelé le territoire inséré entre la Meuse et le Rhin jusqu’à en faire l’un des centres de gravité de l’Europe médiévale.

Publié par l’éditeur franco-luxembourgeois Gérard Klopp, le livre « Lorraine-Luxembourg au Moyen-Age » retrace en 260 pages richement illustrées une épopée où s’entrecroisent les grandes dynasties germaniques, françaises et luxembourgeoises. L’ouvrage a nécessité deux ans de travail, auquel s’est ajoutée une année entière de recherche iconographique dans les bibliothèques de Luxembourg et de Lorraine.

Gérard Klopp.

Gérard Klopp. © Société d’histoire et d’archéologie de la Lorraine.

« Quand le livre est bien illustré, le lecteur s’intéresse aussi au texte », assure Gérard Klopp, qui a poursuivi le travail entamé par l’auteur principal, le professeur d’histoire-géographie Philippe Stachowski, décédé en mars 2020.

Co-écrit par Jean-Jacques Siteck et légendé par Jean-Marie Blaising, l’ouvrage est préfacé par Sam Tanson, ministre luxembourgeoise de la Culture. « Cette époque a jeté les fondements d'un espace identitaire européen (…).Les lignes de faîtes du Moyen Age sont toujours présentes dans la mémoire collective des Luxembourgeois », écrit la ministre.

Mémoire vivante

A fil des pages, le lecteur croisera la comtesse Ermesine (1186-1247), qui  accorda des lettres d’affranchissement à Thionville, Eternach et Luxembourg. Le comte Jean l’Aveugle (1296-1346) fonda la «Schueberfouer », grande kermesse toujours célébrée de nos jours, pour renforcer l’attractivité de Luxembourg sur l’axe Italie-Flandres. Son fils transforma le comté du Luxembourg en duché, mais la dernière duchesse de Luxembourg, Elisabeth de Goerlitz (1390-1451) vendit le Luxembourg à Philippe II le Bon, duc de Bourgogne. Le Grand-Duché s’est ainsi agrégé aux provinces des Pays-Bas.

Respectant strictement l’ordre chronologique et enrichi de cartes inédites, l’ouvrage a obtenu le prix du Livre d’art de l’année au Luxembourg et celui de l’Amicale des conseils départementaux de Lorraine.

La suite est réservée aux abonnés.
  • Déjà abonné ?
  • Se connecter
Indiquer votre adresse email utilisé lors la création de votre compte utilisateur
Indiquer votre mot de passe utilisé lors de la création de votre compte (8 caractères dont majuscule et chiffre)
  • Accédez à tous les contenus du site en illimité.
  • Les newsletters exclusives, éditos et chroniques en avant-première

Aucun abonnement actif avec votre compte
Commandez un abonnement pour lire la suite

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.