Rhin supérieur

Est-il trop dur de pédaler dans le Rhin supérieur ?

C’est ce que semble indiquer l’enquête menée cette année dans le cadre du projet Interreg SuMo-Rhine sur un millier de navetteurs de l’espace frontalier. Interrogés sur leurs modes de déplacement pour rejoindre leur travail, les trois quarts d’entre eux jugent la distance à effectuer trop longue pour prendre le vélo. La part du deux-roues dans ces trajets domicile-travail se limite à 8,5 %.

Vélos

Dans le cadre du projet Interreg SuMo-Rhine - Promotion de la mobilité durable dans la région du Rhin supérieur -, une équipe  franco-allemande d’universitaires et de chercheurs regroupée autour du KIT (Karlsruher Institut für Technologie) planche depuis 2018 sur différents aspects de la mobilité durable transfrontalière dans le Rhin supérieur.

La suite est réservée aux abonnés.
  • Déjà abonné ?
  • Se connecter
Indiquer votre adresse email utilisé lors la création de votre compte utilisateur
Indiquer votre mot de passe utilisé lors de la création de votre compte (8 caractères dont majuscule et chiffre)
  • Accédez à tous les contenus du site en illimité.
  • Les newsletters exclusives, éditos et chroniques en avant-première

Aucun abonnement actif avec votre compte
Commandez un abonnement pour lire la suite

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.