Alsace

« Les prix de l’immobilier ancien n’ont pas augmenté dans toutes les zones frontalières »

Claude Bauer, président de la Chambre des notaires du Haut-Rhin

Les notaires du Haut-Rhin observent une progression des ventes à des propriétaires allemands et suisses depuis quatre ans. L'an dernier, la hausse des prix a été  particulièrement marquée dans les zones frontalières, mais elle ne s’est pas exercée de manière homogène.

Bauer notaires Haut-Rhin

L’impression d’une hausse des acquisitions de logements par les Allemands et les Suisses dans Le Haut-Rhin se confirme-t-elle dans les chiffres ?

Nous avons effectivement pu établir que la progression d’acquéreurs « étrangers » (les non-résidents en France) a progressé en quatre ans dans le département, passant de 2,9 % en 2018 à 4,3 % en 2021, alors qu’elle est restée stable à 2 % dans le Bas-Rhin. Cette croissance se concentre sur les zones frontalières de Neuf-Brisach, de Ferrette et de Saint-Louis, trois territoires où le pourcentage d’acquéreurs étrangers dépasse désormais 10 %. On peut donc avancer une corrélation avec la recherche de biens par des voisins allemands et suisses, et aussi par des expatriés plus lointains, comme des scientifiques anglo-saxons recrutés par les groupes pharmaceutiques de Bâle.

La suite est réservée aux abonnés.
  • Déjà abonné ?
  • Se connecter
Indiquer votre adresse email utilisé lors la création de votre compte utilisateur
Indiquer votre mot de passe utilisé lors de la création de votre compte (8 caractères dont majuscule et chiffre)
  • Accédez à tous les contenus du site en illimité.
  • Les newsletters exclusives, éditos et chroniques en avant-première

Aucun abonnement actif avec votre compte
Commandez un abonnement pour lire la suite

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.