Strasbourg-Ortenau

La ligne de bus Erstein-Lahr monte en puissance

Ouverte depuis un an au public, la liaison traversant l’Eurodistrict Strasbourg- Ortenau voit sa fréquentation progresser régulièrement.  Ses initiateurs français et allemands espèrent que cette tendance s’ancrera durablement avec un retour progressif à la vie d’avant-Covid.

Bus Erstein Lahr

Un an après son démarrage, le bus transfrontalier d’Erstein à Lahr commence à trouver son public. La ligne d’environ 40 kilomètres avait été ouverte en 2017 à titre expérimental et exclusivement pour des travailleurs frontaliers, à l’initiative et grâce au financement de l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau, en réponse notamment à une demande du spécialiste de l’e-commerce Zalando pour son entrepôt à Lahr. Les conclusions positives d’une étude de trafic avaient conduit à monter le projet d’un service ouvert à tous les usagers. Celui-ci s’est concrétisé le 1er septembre 2020. Douze mois plus tard, il enregistre un total cumulé de 6 634 voyages (validation de billet dans un sens, aller ou retour).

L’évolution des statistiques mois par mois exprime une certaine montée en puissance : alors que le nombre de validations oscillait entre 300 et 430 jusqu’en février dernier, il a franchi des paliers pour frôler la barre des 900 en juin et se maintenir à respectivement 805 et 740 durant les deux mois d’été. « Avec le redémarrage des activités culturelles et des offres de loisirs, nous nous attendons à une augmentation du nombre d’utilisateurs », souligne-t-on à l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau.

Celui-ci a passé le relais du portage de la ligne en septembre 2020 à la région Grand Est. Celle-ci se partage le cofinancement  de la ligne avec la Collectivité européenne d’Alsace, la communauté de communes du canton d’Erstein et l’Ortenaukreis côté allemand , au prorata de la distance parcourue dans chacun des pays, soit 60 % côté allemand par l’Ortenaukreis et 40 % pour les trois collectivités de la rive française. Le montant total s’élève à 1,052 millions d’euros sur trois ans jusqu’à septembre 2022, dont 50 % de fonds européens Interreg.

Billets compatibles

Les travailleurs frontaliers, pour lesquels l’offre avait été bâtie, demeurent le public prédominant. Prendre ce bus reste un geste occasionnel pour l’essentiel, puisqu’on ne dénombre que 18 abonnements mensuels. Le ticket n’est pas unique car la ligne de 13 stations relève de deux systèmes tarifaires différents, le TGO en Ortenau et Fluo67 en Alsace, mais le prix à l’unité est identique (2,50 euros) et son achat d’un côté ou de l’autre ne réserve pas de mauvaise surprise : le système à bord du bus est équipé de façon à pouvoir émettre les billets des deux réseaux tarifaires.

Scherer président Eurodistrict

© Eurodistrict Strasbourg-Ortenau

« L’extension du transport en commun transfrontalier demeure un thème-clé pour l’Eurodistrict, pour la réduction du transport en véhicules individuels. Nous voyons un potentiel indéniable par exemple dans les liaisons entre Gambsheim, Rheinau et Achern d’autre part, Illkirch et Offenburg d’autre part. Une connexion au réseau de l’Ortenau au niveau du Forum européen sur le Rhin à partir de l’offre Flex’hop côté français est également instaurée depuis le 29 juin. Tout ceci établit une offre de mobilité transfrontalière, que nous souhaitons étendre régulièrement », déclare Frank Scherer, président de l’Eurodistrict Strasbourg-Ortenau.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.