Alsace – Bade-Wurtemberg

L’après-Fessenheim, une longue épreuve de fiançailles

Début 2019, le traité d’Aix-la-Chapelle et le projet de territoire de Fessenheim ont presque simultanément dessiné le cadre et les objectifs d’un projet transfrontalier hors-normes. Trois ans plus tard, des projets prennent forme, mais l’enthousiasme est retombé et l’intention française d’un « Technocentre » de traitement de déchets issus du démantèlement nucléaire risquerait de leur porter un coup d’arrêt. 

Dessin post-Fessenheim

22 janvier - 1er février 2019. A dix jours d’intervalle étaient signés le traité franco-allemand d’Aix-la-Chapelle puis le projet de territoire de Fessenheim (Haut-Rhin). Le second texte s’est intégré au premier, en tant que thème de travail du comité de coopération transfrontalière (CCT). Son avancée en a-t-elle été facilitée pour autant ?

La suite est réservée aux abonnés.
  • Déjà abonné ?
  • Se connecter
Indiquer votre adresse email utilisé lors la création de votre compte utilisateur
Indiquer votre mot de passe utilisé lors de la création de votre compte (8 caractères dont majuscule et chiffre)
  • Accédez à tous les contenus du site en illimité.
  • Les newsletters exclusives, éditos et chroniques en avant-première

Aucun abonnement actif avec votre compte
Commandez un abonnement pour lire la suite

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.