Alsace

1 million d’euros

C’est le montant du capital de Novarhéna, la société d’économie mixte franco-allemande pour la reconversion du territoire de la centrale nucléaire de Fessenheim, qui démarre son activité.

1-million

La société de droit français, officiellement constituée en avril dernier, regroupe des actionnaires français et allemands. Du côté des collectivités, elle regroupe la région Grand Est, la Collectivité européenne d’Alsace, la communauté d’agglomération Mulhouse Alsace Agglomération, la Ville de Fribourg-en-Brisgau et le Landkreis Breisgau-Hochschwarzwald. Le monde des chambres de commerces et d’industrie (CCI, IHK) est représenté par la CCI Alsace Eurométropole et l’IHK Südlicher Oberrhein.

Port de Colmar

La zone d'activités EcoRhéna s'implantera sur les terrains du port de Colmar-Neuf-Brisach au bord du Rhin. © Port de Colmar-Neuf-Brisach

Siègent également l’établissement public Caisse des dépôts et consignations / Banque des territoires et les trois banques Caisse d’épargne Grand Est Europe, Crédit agricole Alsace-Vosges et Banque populaire Alsace-Lorraine-Champagne. Une collectivité brille par son absence pour l’instant ; la communauté de communes Pays Rhin – Brisach sur laquelle la centrale est implantée. Elle marque ainsi son mécontentement quant au fait que la question des compensations de pertes à venir de ses recettes du fait de la fermeture de Fessenheim n’est pas réglée, alors qu’elle est soulevée depuis de longues années auprès de l’Etat.
Dirigée par Xavier Marquès, Novarhéna est présidée par la Collectivité européenne d’Alsace qui est en train de désigner l’élu à la tête en remplacement de Michel Habig qui ne représentait pas aux dernières élections. Elle a officiellement pour objet de « mettre en oeuvre les objectifs du projet de territoire Post Fessenheim », défini par l’Etat, EDF et les collectivités en 2019, un an avant le débranchement de la centrale survenu en deux étapes fin février et fin juin 2020.
Ce document-cadre qui tarde à produire ses premiers effets porte les thématiques de l’emploi, des mobilités autour de l’objectif de rouvrir la liaison ferroviaire par-dessus le Rhin entre Colmar et Fribourg-en-Brisgau, de la transition énergétique et des industries et énergies du futur.
Pour commencer, Novarhéna a vocation à assurer l’aménagement de la zone d’activités EcoRhéna, désignée comme le lieu d’accueil de nouvelles entreprises sur une surface utile d’environ 60 hectares, dans le domaine foncier du port fluvial de Colmar-Neuf-Brisach. Mais il lui faudra, sur le plan formel, remporter la consultation que le syndicat mixte (l’autorité publique) du port est tenue de lancer afin de respecter les règles publiques de concurrence françaises. La désignation devrait intervenir en fin d’année.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.