Rhin supérieur

Le premier Parc national du Bade-Wurtemberg

Le Parc national de Forêt-Noire a vu le jour en 2014. Pour mettre en valeur la démarche de protection des 10.000 hectares classés, un Centre du Parc a été inauguré en 2021. Au Ruhestein, à 900 mètres d’altitude, il déploie une muséographie ambitieuse et un panorama à 360° sur le massif.

img-20220702-153221

La nature a son rythme propre auquel l’homme se soumet mais qu’il influence aussi. La muséographie interactive du Centre du Parc national de Forêt Noire, situé au Ruhestein sur la Schwarzwaldhochstrasse à 900m d’altitude, tente de rendre compte de ces liens et de cette histoire complexes, dans la région.

dscf0167

Le Centre du Parc a été inauguré en 2021. © Romain Gascon

Du macro- au microcosme

Le bâtiment de 5200 m² inauguré en 2021 est le point d’accueil principal du tout jeune Parc national, le premier du Bade-Wurtemberg, qui est né en 2014 et s’étend à 27 communes sur un peu plus de 10 000 hectares. L’exposition permanente consiste en une descente le long d’un tunnel aveugle, depuis le monde macroscopique aérien et terrestre de la forêt jusqu’au monde microscopique de son sous-sol.

Le parcours débute en suivant le fût d’un résineux abattu autour duquel la vie se déploie dans toutes ses dimensions. Il se termine dans l’enchevêtrement des filaments phosphorescents de mycorhizes géants. Les sens du visiteur sont soumis à l’alternance accélérée du cycle des jours et des nuits. Les outils muséographiques interactifs - très nombreux écrans et animations virtuelles – ont été conçus pour permettre à tous une découverte en autonomie des espèces et des phénomènes qui régissent la vie de la forêt. Pour un aperçu de l’extension et de la variété des biotopes du Parc, il est possible de survoler son territoire, projeté au sol, à la manière d’un oiseau. Le personnel du centre se tient à disposition pour répondre aux questions particulières.

dscf0159

Le Centre du Ruhestein est prolongé par une promenade aérienne, le « pont de la nature sauvage » (Brücke der Wildnis), et une tour panoramique qui culmine à 35 mètres. © Romain Gascon

Nature en libre évolution en 2044

L’évocation de l’histoire du massif de la Forêt-Noire relativise son caractère naturel et insiste sur l’impact de l’humain sur les paysages. A la surexploitation forestière entamée au Moyen âge se superpose, à partir du XIXe, une politique de boisement industriel. Cette mise en relief souligne la mission principale du tout jeune parc : « Laisser la nature être la nature ». Dans son périmètre, les processus naturels ne doivent plus être perturbés par des interventions humaines. Ainsi, l’actuelle zone de développement du parc national est appelée à devenir en 2044 une zone en libre évolution.

Le vaste bâtiment longitudinal du Centre du Ruhestein, recouvert de bardeaux de bois, est prolongé par une promenade aérienne, le « pont de la nature sauvage » (Brücke der Wildnis), et une tour panoramique qui culmine à 35 mètres. On y bénéficie d’un panorama à 360° sur des plantations de résineux âgés plus que centenaires. Le site est un point de départ agréable pour se lancer à la reconquête de la nature de la Forêt-Noire.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.