Sarre – Europe

Le bâtiment Pingusson, témoin d’un rêve européen

L’historienne de l’art Eva Mendgen poursuit le récit des espoirs que l’Europe fit naître en Sarre durant l’après-Guerre. La construction de l’ancienne ambassade de Sarrebruck, érigée en 1951, témoigne d’une utopie portée avec ferveur et enthousiasme par les architectes français, allemands et européens.

pingusson

En quittant Sarrebruck par l'autoroute A 620 en direction du Luxembourg, on aperçoit sur la gauche une tour d'habitation élancée et allongée. Le bâtiment de l’ancienne ambassade de France en Sarre, qui était considéré comme l'une des créations architecturales les plus réussies de la ville lors de sa construction, séduit toujours, malgré sa déshérence. Au-delà de la perception visuelle, la bâtisse  évoque « un  gratte-ciel, une serviette étroite, blanche comme neige dans cette ville brisée. A l’école, on ne nous disait rien de ce bâtiment blanc », selon la formule de Birgit Grandhomme, membre de l’association Europ’Age Sarre-Lor-Lux, qui passait devant le bâtiment chaque matin sur le chemin de l'école.

Birgit Grandhomme

© DR

 « C'était l'ambassade de France en 1955, et elle n'y est pas restée longtemps. J’ai dû attendre 2013 pour enfin pouvoir entrer dans ce bâtiment extraordinaire, le jour de la fête nationale française, le 14 juillet », se souvient Birgit Grandhomme.

Un siège pour la Ceca

La tour fait partie d'un complexe beaucoup plus grand, celui de l'ambassade de France. Sa genèse et son emplacement sont étroitement liés à la naissance de la Communauté du charbon et de l'acier (Ceca). Les premières esquisses sont réalisées deux mois à peine après que Robert Schuman, le ministre français des Affaires étrangères, ait présenté les plans de la « European Coal and Steel Community » à Paris le 9 mai 1950.

En 1951, Sarrebruck postule pour devenir le siège de la Ceca. Quelques mois plus tard, les plans du bâtiment sont prêts. Ils portent le cachet de l'association franco-sarroise Architectes associés Pingusson-Schultheis-Baur/Architektengemeinschaft Pingusson-Schultheis-Baur.

Le « District of Columbia » de l'Europe

En 1952, l'ambassadeur Gilbert Grandval, nouvellement nommé, propose personnellement à Robert Schuman de faire de la Sarre le « District of Columbia » de l'Europe et de Sarrebrück (sic !), soit le siège de toutes les institutions européennes existantes ou à venir.

Dès 1953, la Sarre se présente comme le lieu de rencontre incontournable de l'Europe : « la Sarre est optimiste », affirme la brochure du projet. En 1954, les six États membres de la Communauté européenne du charbon et de l'acier s’accordent enfin sur le statut européen de la Sarre. Sa désignation comme lieu d'implantation des institutions européennes semble alors assurée.

Le concours d'idées de Sarrebruck, capitale de la Ceca, est lancé. Des architectes émanant de huit pays européens y participent. Leurs propositions expriment les partis-pris architecturaux de leurs pays, mais aussi la recherche d’une expression européenne commune.

Pingusson

Aménagement du bureau du Gouverneur © ENSBA/Cité de l’Architecture et du patrimoine/Archives du XXe siècle.

Neues Bauen et modernisme

Avec sa tour de bureaux abritant le consulat et le bâtiment bas allongé en plusieurs parties, l'ambassade achevée début 1955 incarne cette ambition. Les architectes sarrebruckois Hans Bert Baur et Bernhard Schultheis, sous la direction de leur collègue français Georges-Henri Pingusson, ont trouvé une synthèse entre le Neues Bauen allemand et le Modernisme français. Des artistes parisiens ainsi que des représentants de la nouvelle scène artistique sarroise ont contribué à l'ameublement. Le design industriel et l'artisanat d'art se côtoient sur un pied d'égalité. Le bâtiment de l'ambassade devient un symbole de coopération, « un trait d'union », dira Pingusson.

Si tout s'était déroulé comme prévu,  le nouveau bâtiment de la Haute Autorité de la Ceca aurait pris place juste à côté de l’ambassade. Mais rien ne s’est passé comme prévu…

A suivre.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.