Sarre – Grande Région

La Sarre, une histoire européenne

Partie 1 – En 1947, le Plan régional pose les jalons de la Grande Région

Qui connaît la Sarre et si oui, laquelle ? Est-elle située sur la rive gauche ou la rive droite du Rhin ? D’aucuns se souviennent que ce petit Land constitue un haut lieu symbolique de la relations franco-allemande et que l'idée de l'Europe figure à titre de priorité dans sa Constitution.

Rive gauche de la Sarre

Au-delà de ces lieux communs, l’historienne de l’art Eva Mendgen propose une vision renouvelée de ce petit Land qui demeura une pomme de discorde franco-allemande au-delà de la Seconde Guerre mondiale. En exclusivité pour Voisins-Nachbarn, elle retrace en trois parties le parcours d’un territoire qui a vu converger, entre 1945 et 1955, toutes les contingences de l’Europe. Son récit évoque les notions d’espoir et de confiance, de frontières et de coopération, de visions, d'idéalisme et parfois aussi d’échecs, qui sont une composante intrinsèque de l’Europe.

« Cette idée « Europe » révèlera à tous les bases communes de notre civilisation et créera peu à peu un lien semblable à celui dont naguère se sont forgées les patries. Elle sera la force contre laquelle se  briseront les obstacles. Sans effort, rien ne sera possible. »

Robert Schuman, Pour l'Europe / For Europe, 1963

Georges-Henri Pingusson

« Comment reconstruire ? Quoi reconstruire ? A quelle fin reconstruire ? » Architecte en chef de la reconstruction de la Sarre, Georges-Henri Pingusson s'est posé ces questions dès son arrivée à Sarrebruck à l'automne 1945 dans le sillage du Gouvernement militaire français. Ses plans de reconstruction ont y ont imprimé l'image de carrefour de l'Europe et de pont vers la France que la ville conserve aujourd’hui encore.

Des années plus tard, son employeur, Gilbert Grandval, attestera de la capacité de Pingusson à marcher sur une corde raide entre les autorités françaises et sarroises : « Au Haut-Commissariat, il a exercé les fonctions d'architecte et de chef de l'urbanisme de Sarrebruck et de la Sarre ; lors de la transformation du Haut-Commissariat en mission diplomatique, il s'est vu confier les mêmes fonctions par les services sarrois », Gilbert Grandval, Compagnon de la Libération et gouverneur militaire des Forces Françaises d'Occupation en Sarre 1945-1947.

Plan d’urbanisme  de Sarrebruck 1947

Une région charnière

En 1946, un an seulement après son entrée en fonction, Grandval et Pingusson soumettent à la discussion publique le Plan d'ensemble pour le réaménagement de Sarrebruck. Tous deux estiment que la situation géographique de la région de la Sarre fait d’elle une région européenne par excellence et qu'elle peut en tirer parti pour son développement industriel et culturel.

En mai 1947, le Plan régional fixe les orientations économiques, politiques et culturelles du développement. Dans cette vision, la Sarre devient  une région charnière entre les rivières Sarre et Moselle. Le triangle Sarre-Lorraine-Luxembourg y est considéré comme un même espace économique transfrontalier.
"Il est normal de traiter les problèmes d'urbanisme à l'échelon de la région économique, au sens le plus large, et dans l'hypothèse d'une liberté des échanges retrouvée. C'est précisément dans cette action, s'étendant sur une ou plusieurs générations, qu'une étroite coordination des divers plans régionaux (plan lorrain, plan luxembourgeois et plan sarrois) s'impose. »

Un point d’équilibre

Aux XIXe et XXe siècles, les riches gisements de charbon des zones frontalières de la Sarre, de la Lorraine et du Luxembourg ont donné lieu à d'âpres combats. Entre les deux guerres mondiales, la zone rouge a été circonscrite tant par l’armement que par la propagande de part et d’autre de la ligne Maginot en France et de la ligne Siegfried en en Allemagne.

« Sa position de bastion avancé avait fait de la Sarre le point d'appui d'une propagande pangermaniste », résume Pingusson. L’urbaniste a considéré que l’on pouvait enfin tenir compte des spécificités de cette région et la reconstruire de telle sorte qu'elle devienne à l’avenir un point de rencontre et d'équilibre, de transition et d'harmonisation entre deux cultures.

Le Plan régional élaboré par la Section urbanisme et reconstruction du gouvernement militaire français, représenté et modifié par Pingusson, souligne le rôle particulier que joue « la Sarre dans le cadre de la reconstruction des territoires occupés à l’ouest du Rhin. Sa vision fixe le cap pour l'avenir des prochaines générations. Elle résonne encore aujourd'hui dans les constructions des Eurodistricts et de la Grande Région ».

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.