France – Allemagne

Retour sur la guerre de 1870, ancêtre des guerres modernes

Le musée historique de Sarrebruck présente l’exposition « Monuments de Guerre », qui retrace la brutalité du conflit qui dévasta les zones frontalières et l’instrumentalisation politique qui l’entoura.

L'assaut du Spicherner Berg

Un gros plan saisissant de réalisme sur la bataille de Spicheren, une pompeuse allégorie de la victoire, d’immenses portraits en pied du Kaiser Guillaume II, de Bismark et du chef d’état-major de l’armée prussienne… Présentés pour la première fois depuis 76 ans au musée historique de Sarrebruck, les tableaux d’Anton von Werner, qui participa à la guerre de 1870 en tant que soldat avant d’en devenir un thuriféraireconstituent les pièces maîtresses de l’exposition « Monuments de guerre ».

Ces œuvres monumentales restaurées par des experts français et allemands, témoignent à la fois de la cruauté du conflit et de l'instrumentalisation qu’en fit le tout jeune empire allemand. De  Wörth am Rhein à Bitche et de Spichern à Sedan, les premières mitrailleuses et armes lourdes modernes firent des dégâts terribles parmi les soldats. La propagande gouvernementale, la classe politique et les médias glorifièrent néanmoins cette période, comme en témoigne la commande passée à Anton von Werner par le ministère prussien de la Culture pour orner la nouvelle aile de l’hôtel de ville de Sarrebruck.

L’exposition présente également le service médical de l’époque, les lieux de mémoire patriotique, ainsi que la manière dont l’image de la région voisine a évolué depuis la guerre franco-prussienne.

Le cycle de l'hôtel de ville de Sarrebruck par Anton von Werner et notre image de la guerre franco-prussienne de 1870-1871, jusqu’au 31 octobre 2021 au musée historique de Sarrebruck.

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.