Sud-Alsace – Allemagne – Suisse

« De nombreuses offres d’emploi du Sud-Alsace requièrent la maîtrise de l’allemand »

Virginie Dietsch, conseillère en formation continue de l’organisme Greta Sud-Alsace, estime que le moment est propice à relancer la formation à la langue allemande.

Virginie Dietsch

La maîtrise de l’allemand reste-t-elle un impératif sur le marché du travail transfrontalier du Sud-Alsace ?

Oui. L’anglais a beau être devenue la langue de travail principale de nombreux groupes internationaux, la pratique de l’allemand demeure un plus pour la bonne insertion d’un candidat dans une entreprise en Suisse ou en Allemagne. Avec nos partenaires (le Service de placement transfrontalier de Pôle emploi, la région Grand Est, le réseau Eures, la Maison de l’emploi et de la formation de Mulhouse-Sud-Alsace…), nous pouvons aussi confirmer qu’elle constitue aussi un atout, voire un prérequis lorsqu’on recherche du travail de ce côté-ci de la frontière, car de nombreuses offres d’emploi du Sud-Alsace requièrent la maîtrise de l’allemand !

La sortie espérée de la crise sanitaire constitue-t-elle un moment propice pour s’engager dans une formation à l’allemand ?

Incontestablement. Pendant la période particulière que nous avons traversée, les personnes ont pris le temps de penser des projets d’évolution ou de réorientation professionnelle. Nos offres contribuent à y apporter des réponses concrètes, par l’acquisition ou le renforcement des compétences en langue professionnelle à l’écrit à l’oral.

Comment s’organisent vos offres ?

Le cursus se déroule sur une durée de 140 heures, en présentiel et/ou en distanciel, par modules de 20 heures, en général transverses aux secteurs d’activité,  mais nous pouvons y inclure 20 heures de contenus spécifiques à certains métiers (hôtellerie-restauration, tourisme, transport-logistique, industrie, bâtiment, santé, servies à la personne, commerce…) : nous savons concevoir du sur-mesure pour des groupes ciblés de quelques stagiaires.

Le cursus s’adresse en priorité, mais pas exclusivement, aux demandeurs d’emploi. La région Grand Est prend en charge l’intégralité des coûts pédagogiques pour les personnes en recherche d’emploi  et dont le projet professionnel nécessite l’apprentissage ou le perfectionnement d’une langue étrangère. Pour les personnes non éligibles à ce soutien régional, les parcours de formations peuvent être financés par le compte personnel de formation (CPF).

Combien de personnes suivent ces cursus ?

L’objectif des formations est d’atteindre le niveau supérieur de maîtrise, soit de A 1 pour un débutant à C1 pour un candidat de niveau B2. Depuis l’instauration en 2018, elles ont été suivies par 700 stagiaires pour ce qui concerne l’allemand représentant environ 70 % du total, l’anglais formant l’essentiel du solde.

Propos recueillis par Mathieu Noyer

Attention

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d'intérêts.